Accueil Publimath  Aide à la recherche   Recherche Avancée   Aidez-nous à améliorer cette fiche  Vidéo d'aide
Certification IDDN Valid HTML 4.01 Transitional
Auteur(s) : Guerrerio Gianbruno

Titre : Les Génies de la Science. Num. 20. Gödel, logique à la folie.

Editeur : Pour la Science Paris, 2004
Format : 21 cm x 28 cm, 96 p. Bibliogr. pag. mult.
  ISSN : 1298-6879

Type : biographie, périodique ou revue, vulgarisation, popularisation Langue : Français Support : papier

Public visé : élève ou étudiant, enseignant, tout public Niveau Niveau scolaire visé par l'article : licence Age : 18, 19, 20

Classification : A35Revues, article de revue
Enseignement supérieur, Post-Bac
 A38Revues, article de revue
Enseignement « Hors les Murs » : par correspondance, formation des adultes, popularisation, etc.
 D45Histoire et épistémologie des mathématiques, époque moderne (à partir du 19ème).
Enseignement supérieur, Post-Bac
 D48Histoire et épistémologie des mathématiques, époque moderne (à partir du 19ème).
Enseignement « Hors les Murs » : par correspondance, formation des adultes, popularisation, etc.
 E35Logique. Acquisition des capacités de raisonnement logique.
Enseignement supérieur, Post-Bac
 E38Logique. Acquisition des capacités de raisonnement logique.
Enseignement « Hors les Murs » : par correspondance, formation des adultes, popularisation, etc.
 

Résumé :

Cette brochure nous permet de suivre Gödel, des cercles intellectuels viennois à l'avant-garde scientifique, artistique et philosophique à ses discussions avec Einstein dans les années 1950, de sa découverte des mathématiques à ses interrogations sur la relativité générale ou l'existence de Dieu.
En 1924, Gödel s'installa à Vienne pour étudier la physique, mais succomba au charme des mathématiques, et découvre avec délices et passion les débats qui animent les mathématiciens de son temps.
En 1931, Gödel démontre que les systèmes d'axiomes formalisés ne pourront jamais restituer toute la richesse des mathématiques. Nombre de mathématiciens ne comprennent pas la portée de son théorème d'incomplétude. Von Neumann y voit cependant tout de suite "la plus grande découverte logique depuis longtemps".
A partir de 1933, de nombreux spécialistes témoignent leur appréciation et leur estime pour les travaux de Gödel ; en dépit de cette reconnaissance, une grave dépression frappe le logicien et l'empêche de travailler.
En 1938, alors que l'Europe est au bord du gouffre, Gödel prouve la cohérence de l'hypothèse du continu avec la théorie des ensembles. Sa notoriété lui permet d'émigrer aux États-Unis.
Aux Etats-Unis, en 1940, Gödel s'intéresse de plus en plus à la philosophie, qu'il considère indissociable de l'étude des mathématiques.
1940-1950, au fil de ses discussions avec Einstein, Gödel s'intéresse à la théorie de la relativité générale, au point de développer un modèle cosmologique original.
Son instabilité psychique faisait obstacle à sa carrière...

Notes :

Mots clés :


© ADIREM-APMEP -2003- ISSN 1292-8054 Mise à jour 17/04/2019
Accueil Publimath  Aide à la recherche   Recherche Avancée   Aidez-nous à améliorer cette fiche  Vidéo d'aide
Certification IDDN