Accueil Publimath  Aide à la recherche   Recherche Avancée   Imprimer la fiche   Aidez-nous à améliorer cette fiche  Vidéo d'aide
Certification IDDN Valid HTML 4.01 Transitional
Auteur(s) : Arsac Gilbert

Titre : Vidéo de l'IREM de Paris - Séminaire national de didactique des mathématiques ARDM. La démonstration : une logique en situation ?

Editeur : IREM de Paris, Paris, 2009

Type : film Langue : Français Support : internet

Public visé : chercheur, enseignant, formateur

Classification : C29Recherches en didactique des mathématiques (généralités) : contributions philosophiques, historiques, théoriques. Théories de l’enseignement des mathématiques. Méthodologies de recherche.
Formation à l'enseignement, initiale et continue.
 E39Logique. Acquisition des capacités de raisonnement logique.
Formation à l'enseignement, initiale et continue.
 E59Méthodes de démonstration. Raisonnement et démonstrations en classe de mathématiques.
Formation à l'enseignement, initiale et continue.
 U89Les médias audiovisuels (radiodiffusion, télévision, internet etc.) et leur utilisation dans l'enseignement (Diaporamas, films, vidéos, etc...)
Formation à l'enseignement, initiale et continue.
 

Résumé :

Le titre choisi pour cette conférence pourrait laisser croire qu'il va s'agir d'un exposé d'épistémologie.
Il n'en est rien : le fil directeur est bien didactique, il s'agit d'étudier quelles questions peuvent être soulevées par diverses modélisations logiques très classiques qui ne seront d'ailleurs présentées que sur des exemples, lesquels suffiront à engendrer les questions.
L'exposé se place dans la perspective d'un « pluralisme théorique » : un phénomène relatif à l'activité humaine est susceptible de nombreuses modélisations, dont plusieurs peuvent être éclairantes. Le point de vue proposé ici ne se veut nullement hégémonique.

L'exposé est aussi élémentaire que possible, avec l'ambition de pouvoir être utile à la fois pour la formation initiale des maîtres, et pour des recherches didactiques pouvant utiliser par la suite des théorisations plus complexes.
Il cherche à répondre à quelques questions simples dont on peut penser aussi qu'elles sont fondamentales :
- Peut-on parler de démonstration de façon élémentaire sans se limiter au cas de la géométrie ?
- Peut-on en parler d'une façon qui soit pertinente à la fois pour la démonstration en 4ème (pas seulement en géométrie) et pour des démonstrations mathématiques de niveau élevé ?
- En quel sens peut-on dire que la logique en mathématique est une « logique en situation » ?
- Comment expliquer l'échec assez général des enseignements de logique visant à apprendre aux élèves ou étudiants à raisonner ?

Le plan est le suivant :
- Rappel rapide, car il s'agit de choses bien connues, des modélisations utilisant explicitement ou non la logique des énoncés, c'est-à-dire insistant sur la démonstration comme enchaînement de syllogismes, catégorie dans laquelle on peut regrouper les analyses épistémologiques et historiques de Lakatos comme les analyses didactiques de Raymond Duval. Sur un exemple simple, on montrera ce que peuvent apporter ces analyses dont le lieu d'application privilégié est souvent la démonstration géométrique.
- Insuffisance de la modélisation précédente quand on prend en compte les variables qui interviennent dans les énoncés. Etant donné la trop grande complexité du calcul des prédicats, nous utilisons, suivant une idée de Viviane Durand-Guerrier, la démonstration naturelle dans le calcul des prédicats, et nous examinons quelles questions et quelles réponses elle amène, dans différents domaines des mathématiques. Ceci nous permet de clarifier déjà la notion de logique en situation.
- En nous appuyant sur l'exemple des difficultés historiques des mathématiciens à raisonner sur les limites à propos du problème de la convergence uniforme, nous mettons en évidence l'importance primordiale d'un « outillage » adapté, en partie mental, car relatif aux concepts, mais fait aussi d'usage codifié du langage et d'un symbolisme adapté, pour pouvoir raisonner. Nous progressons ainsi dans la notion de logique en situation.

Conclusion : elle peut se résumer en un double paradoxe, suivi d'une question :
- Le raisonnement mathématique suit effectivement les lois de la logique.
- Mais la connaissance de ces lois ne suffit pas pour savoir raisonner mathématiquement.
- Question : « que faire ? » Y a-t-il un niveau à partir duquel un apprentissage d'éléments de logique, mais sous une forme à préciser, pourrait devenir une aide au raisonnement ?

Notes :
Conférence donnée le 16 octobre 2009 par Gilbert Arsac dans le cadre du Séminaire national de didactique des mathématiques ARDM.
Le texte de cette communication figure dans les Actes du Séminaire National de Didactique des Mathématiques 2009. Ressource en ligne
L'IREM de Paris accompagne et soutient le séminaire national de didactique des mathématiques organisé par l'ARDM. Il diffuse les séminaires (voir les publications, vente papier et mise en ligne). Depuis octobre 2013, il filme les séances du séminaire, édite et met en ligne les conférences.

Cette ressource est en ligne sur le site Vidéo de l'IREM de Paris

Mots clés :


© ADIREM-APMEP -2003- ISSN 1292-8054 Mise à jour 24/03/2020
Accueil Publimath  Aide à la recherche   Recherche Avancée   Imprimer la fiche   Aidez-nous à améliorer cette fiche  Vidéo d'aide
Certification IDDN Valid HTML 4.01 Transitional