Accueil Publimath  Aide à la recherche   Recherche Avancée   Imprimer la fiche   Aidez-nous à améliorer cette fiche  Vidéo d'aide
Certification IDDN Valid HTML 4.01 Transitional
Auteur(s) : Cléro Jean-Pierre

Titre : Histoires de probabilités et de statistiques. La portée physique et sociale de la règle de Bayes. p. 55-73.

Editeur : Ellipses Paris, 2004 Collection : IREM - Epistémologie et Histoire des Maths
Format : 16,5 cm x 24 cm, p. 55-73 ISBN : 2-7298-1923-1 EAN : 9782729819231  ISSN : 1298-1907

Type : chapitre d'un ouvrage Langue : Français Support : papier

Public visé : élève ou étudiant, enseignant

Classification : D39Histoire et épistémologie des mathématiques du 16e au 18e siècle inclus.
Formation à l'enseignement, initiale et continue.
 K49Statistiques descriptive, traitement des données statistiques, méthodes graphiques de représentation des données, analyse des données.
Formation à l'enseignement, initiale et continue.
 K59Concept de probabilité et théorie des probabilités
Formation à l'enseignement, initiale et continue.
 

Résumé :

Dans ce chapitre, l'auteur montre en quoi le principe de Bayes, reposant sur l'approche subjectiviste du concept de probabilité - opinion ou croyance dont le bien fondé fait l'objet du calcul - s'inscrit dans une certaine philosophie de l'entreprise humaine de rationalité. Les méthodes bayésiennes ont été fortement contestées par les probabilistes classiques qui donnaient à la probabilité un statut objectif de mesure d'un degré de possibilité intrinsèque à la situation aléatoire considérée. Leur intérêt n'est plus contesté dans les situations où, par exemple, la sensibilité humaine ou l'appréciation subjective experte sont en jeu. Dans un premier paragraphe, J.-P. Cléro présente ce que l'on sait des biographies de Bayes et de son ami et éditeur Price, en rapport avec le contexte philosophique, scientifique et social de l'Angleterre du 18ème siècle. La formule dite "de Bayes", en fait explicitée par Laplace, est confrontée à la formulation historique de Bayes lui-même, plus profondément porteuse de son positionnement épistémologique et philosophique. Dans le deuxième paragraphe, l'auteur oppose les conséquences des conceptions bayésiennes en sciences physiques aux conceptions déterministes héritées de la physique newtonienne : les lois de la nature ne seraient accessibles qu'au travers d'une appréhension humaine de nature probabiliste, intrinsèquement liée aux expériences vécues, jamais assurée de parvenir à la maîtrise complète de la réalité. Dans le troisième paragraphe, l'auteur examine les conséquences philosophiques des conceptions bayésiennes en sciences sociales, les rapprochant des idées de Hume et des interprétations de ses lecteurs. Le dernier paragraphe pose la question de la vérité (truth) telle qu'elle peut s'exprimer dans un contexte linguistique donné - anglo-saxon notamment - en rapport avec le contrat de sa gestion (trust) dévolu aux outils conceptuels, tels la règle de Bayes, que les hommes ont élaborés.

Plan du chapitre :
1. Questions biographiques et bibliographiques ; présentation et explication du problème de l'Essai de Bayes
2. L'interprétation physique de la règle de Bayes
3. La règle de Bayes et les sciences sociales
4. Trust et truth.

Notes :
Chapitre de l'ouvrage Histoires de probabilités et de statistiques.

Mots clés :


© ADIREM-APMEP -2003- ISSN 1292-8054 Mise à jour 15/07/2019
Accueil Publimath  Aide à la recherche   Recherche Avancée   Imprimer la fiche   Aidez-nous à améliorer cette fiche  Vidéo d'aide
Certification IDDN Valid HTML 4.01 Transitional