Accueil Publimath  Aide à la recherche   Recherche Avancée   Imprimer la fiche   Aidez-nous à améliorer cette fiche  Vidéo d'aide
Certification IDDN Valid HTML 4.01 Transitional
Auteur(s) : Hamon Gérard ; Balliot Anne

Titre : Mathématiques Premières ES - L (programme 2011).

Editeur : Ellipses Paris, 2011
Format : 24 cm x 16,5 cm, 238 p. ISBN : 2-7298-6583-7 EAN : 9782729865832

Type : manuel scolaire Langue : Français Support : papier

Public visé : élève ou étudiant, enseignant Matériel utilisé : AlgoBox, Scilab, OpenOffice.org Calc, Geogebra, Geoplan, Graphmatica, Sine Qua Non Niveau Niveau scolaire visé par l'article : lycée, 1ère Age : 16

Classification : U24Manuels scolaires. Analyse des manuels scolaires, développement et évaluation des manuels.
Lycée
 U29Manuels scolaires. Analyse des manuels scolaires, développement et évaluation des manuels.
Formation à l'enseignement, initiale et continue.
 

Résumé :

Cet ouvrage est constitué de sept chapitres qui sont structurés sous une même forme : des rappels, de très nombreux exemples détaillés, des exercices aux corrigés approfondis, des exercices supplémentaires. Les exercices figurent sous différentes formes possibles : directifs, ouverts, QCM.
Considérant que des aperçus historiques des mathématiques sont un bagage incontournable de la connaissance scientifique, les auteurs ont fait figurer des exercices de source historique quand le thème s'y prête. Dans le même ordre d'idées, sont présentes dans les dernières pages des "Petites biographies" concernant tous les mathématiciens cités dans cet ouvrage. Cela permet d'avoir rapidement un minimum de connaissances sur ces personnages, célèbres pour certains, peu connus pour d'autres.
Le programme insistant sur l'utilisation de différents outils de calcul et de logiciels, un effort a été réalisé pour en faire de multiples utilisations avec un souci de détail quand cela pourrait apparaître nouveau pour le lecteur.

Les chapitres "Le second degré" et "Etudes de fonctions" s'inscrivent dans la continuité de la classe de seconde. Après le premier degré, le deuxième degré, les fonctions affines et inverses, on passe au troisième degré et à la fonction racine carrée. Domaine nouveau, la dérivation est une notion importante aux multiples utilités. Ensuite les "Suites numériques" liées aux fonctions par leur définition explicite et autonomes par leur définition par récurrence, caractérisent des phénomènes discontinus. Les quatre derniers chapitres sont liés entre eux, les "Pourcentages" étant connectés aux suites.
Statistiques et probabilités ont été abordées les années précédentes. Bien qu'utilisant des vocabulaires identiques sur de nombreux aspects et s'interpénétrant, construites à des dates et dans des contextes historiques différents, elles ne répondent pas aux mêmes problèmes. La théorisation des probabilités a commencé par un échange épistolaire entre Blaise Pascal et Pierre de Fermat en 1654 à propos de la répartition des mises suite à l'interruption d'un jeu. Les statistiques tirent leur nom du latin du XVIIe siècle statiscus : "relatif à l'Etat". Elles traitent des choses de l'État et plus largement de toutes sortes de relations entre citoyens pouvant être numérisées. Ce sont donc deux points de vue différents dont il faut être conscient. Pour faire bref, pour un statisticien c'est à la suite de nombreux lancés d'un dé qu'on peut assurer que la probabilité d'apparition de chaque face est 1/6 ; pour un probabiliste les qualités de symétrie et d'homogénéité d'un dé permettent d'affirmer que la probabilité d'apparition de chaque face d'un dé est 1/6, la réalisation de nombreux lancés permettra d'infirmer ou non cette hypothèse. Le chapitre "Echantillonnage" fait une incursion vers les modèles mathématiques en utilisant une loi de probabilité pour prendre une décision suite à une expérimentation statistique.

Pistes d'utilisation en classe :
L'un des objectifs des auteurs est que cet ouvrage puisse "être utilisé indifféremment comme support du cours ou comme outil de travail individuel".Les exercices corrigés, en nombre important, ne doivent être étudiés qu'après avoir mûrement réfléchi et acquis le sens et l'utilité des définitions et des théorèmes. Ils ne figurent pas dans un but d'imitation, mais comme moyen de contrôle du travail effectué. Les auteurs se sont efforcés de rédiger des corrigés détaillés parfois comme prétexte d'ouverture sur des méthodes différentes et souvent comme un objet d'approfondissement.

Notes :
Voir le programme de mathématiques de 1ère ES publié dans le BOEN n°18 du 6 mai 2010. Il entre en vigueur à compter de la rentrée de l'année scolaire 2011-2012.

Des compléments sont en téléchargement sur le site http://www.editions-ellipses.fr/mathematiques-premieres-es-et-l-conforme-au-nouveau-programme-2011-p-7955.html

Mots clés :


© ADIREM-APMEP -2003- ISSN 1292-8054 Mise à jour 20/11/2021
Accueil Publimath  Aide à la recherche   Recherche Avancée   Imprimer la fiche   Aidez-nous à améliorer cette fiche  Vidéo d'aide
Certification IDDN Valid HTML 4.01 Transitional